Conservation de la carotte

La carotte est le deuxième légume le plus consommé en France. Originaire d’Asie Mineure, il y a environ 2000 ans, elle poussait à l’état sauvage et ne ressemblait pas à notre carotte d’aujourd’hui. De couleur blanche, très fibreuse, ce n’est qu’à partir du XIXe siècle qu’elle a acquis cette couleur rouge-orangée et sa tendreté actuelle.

Conservation :

  • Carotte lavée : Conserver-la de préférence au frais, dans le bac à légumes du réfrigérateur afin d’éviter sa déshydratation. (le croquant sera ainsi préservé) – une semaine maxi.
  • Carotte non lavée : Le sable ou la terre prolonge la conservation de la carotte. Stockage au frais et à l’abri de la lumière.
  • Carotte primeur : Sa fragilité et sa saveur demandent une très courte période de conservation : deux jours maximum.

Astuce : Râpez les carottes peu de temps avant d’être assaisonnées (afin d’éviter toute oxydation) avec de l’huile de noisette et utiliser plutôt du jus de citron que du vinaigre. A la saison des noisettes fraîches, on peu en ajouter quelques-unes, après les avoir concassées au mixeur.

Conservation du poivron

Il est préférable de garder le poivron dans un endroit sec et frais plutôt qu’au réfrigérateur, si on prévoit le consommer rapidement.

Réfrigérateur : se conserve environ une semaine dans le bac à légumes. Le placer sans le laver dans un sac perforé.

Astuces : il existe plusieurs façons de les peler, selon que l’on désire la chair encore crue ou cuite.

Entiers : les passer à la flamme ou les mettre dans le four, sous la voûte allumée, en les retournant souvent jusqu’à ce que la pellicule qui les recouvre extérieurement se boursoufle. Les envelopper alors dans un linge, de préférence humide, puis retirer cette pellicule. Il n’y a plus qu’à les équeuter, enlever les pépins de même que la membrane blanche, plutôt indigeste.

Coupés : les équeuter, les couper en quatre ou en huit dans le sens de la longueur en les épépinant. Ensuite, il y a deux façons de procéder : les peler à l’économe sur leur face extérieure, la chair restant crue ; ou bien les poser dans une poêle contenant un peu d’huile, sur leur face extérieure, mettre à feu doux jusqu’à ce qu’ils commencent à s’affaisser, les prélever avec une écumoire et ôter la pellicule qui se détache alors toute seule : dans ce cas, la chair est à moitié cuite ou cuite.

Conservation de la salade

Conservation de la laitue :

Bien que sa durée de conservation soit relativement courte, il est possible de la conserver un peu plus longtemps en l’installant dans le bac à légume du réfrigérateur, entourée d’un torchon.

Pour redonner toute sa fraîcheur à une salade qui aurait pris un petit coup de chaud ou aurait un aspect légèrement fripé, la faire tremper pendant une heure dans de l’eau fraîche additionnée d’un peu de vinaigre et d’un morceau de sucre.

Ne pas dédaigner les feuilles vertes des salades, sous prétexte qu’elles sont moins tendres : recevant directement le soleil et la lumière, ce sont celles qui contiennent le plus de vitamines. Les ciseler simplement plus finement.

Tarte fine aux figues

50-DSC01126

Ingrédients (pour 6 personnes) :

  • 1 rouleau de pâte feuilletée
  • 800 g de figues fraîches bien mûres
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 50 g de sucre
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • 1 orange

Préparation :

  • Préchauffez votre four à 210°C.
  • Déroulez la pâte feuilletée et disposez-la sur une plaque à pâtisserie (il faut qu’elle soit complètement déroulée, sans que les bords ne remontent).
  • Piquez la tarte de coups de fourchette mais laissez intact les bords (sur une largeur de 2 cm environ) (Les bords non piqués vont lever à la cuisson, pour former les bords de la tarte).
  • Mélangez la poudre d’amandes, la cannelle et le sucre dans un bol, et étalez ce mélange sur la partie piquetée de la pâte.
  • Mettez au four pendant 20 min.
  • Pendant ce temps, lavez les figues et fendez-les en 4 (elles doivent rester attachées par la base).
  • Prélevez le zeste de l’orange, plongez-les dans une casserole d’eau bouillante et laissez les ramollir pendant 5 min.
  • Egouttez-les, et réservez.
  • Pressez l’orange, et versez le jus dans une casserole avec le miel, les zestes. Laissez réduire jusqu’à obtention d’un sirop.
  • Réservez.
  • Après 20 min de cuisson, répartir les figues sur le fond de tarte couvert de poudre d’amandes, partie attachée dessous.
  • Arrosez de la moitié du sirop, et remettez au four pendant 10 minutes (les figues vont s’ouvrir en corolle).
  • Après 10 min, sortir la tarte du four, et versez le sirop restant.
  • Servez chaud ou tiède, et régalez-vous !!

Maud

Tourte sucrée aux blettes

Ce serait une très bonne idée pour le pique-nique de ce samedi 08 septembre…

 » Une recette typiquement niçoise, la tourte aux blettes sucrée. Et oui rien ne se perd, après avoir cuisiner les côtes de blette, on peut utiliser les feuilles pour réaliser ce délicieux dessert. Une tourte en pâte sablée, garnie bien sûr de blettes, mais aussi de raisins secs, de pignons, d’amandes et de pommes, le tout parfumé au rhum. Un vrai régal. « 

000_0192

Ingrédients :

Pour la pâte :

  • 300 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 30 g de sucre
  • 1 œuf
  • 1 càs d’huile d’olive
  • 1 pincée de sel

Pour la garniture :

  • Feuilles des blettes
  • 5 pommes
  • 2 œufs
  • 150 g de sucre roux
  • 2 càs d’huile d’olive
  • 25 g de raisins de Corinthe
  • 25 g de raisins de Malaga
  • 50 g de pignons de pin
  • 50 g de poudre d’amande
  • 5 cl de rhum (ou de marc)

Préparation :

  • Préparer la pâte avec tous les ingrédients à la main ou au robot, afin d’obtenir une boule, la recouvrir d’un film alimentaire et la mettre au frais environ 30 min.
  • Couper les feuilles des blettes en lanières et laver plusieurs fois , essorer les et sécher les dans un torchon, réserver.
  • Mettre les raisins secs dans un bol avec le rhum pour les faire gonfler.
  • Dans un saladier battre les œufs, ajouter le sucre, la poudre d’amande, l’huile d’olive, bien mélanger.
  • Ajouter ensuite les pignons de pin, les raisins secs et le rhum, et une pomme coupée en dés.
  • Et enfin les feuilles de blette, mélanger bien le tout.
  • Couper 2/3 de la pâte, l’étaler à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et la mettre dans un moule à bords hauts la pâte doit déborder du moule.
  • Éplucher les pommes et les couper en lamelles, avec la moitié des pommes recouvrir le fond du moule, verser la préparation aux blettes, bien tasser, remettre la deuxième moité des pommes.
  • Étaler le dernier 1/3 de pâte et en recouvrir le moule, souder les deux pâtes ensemble en formant un bourlet.
  • Piquer la surface de la tourte à l’aide d’une fourchette, afin de faire des petits trous d’aération.
  • Mettre au four TH 180 ° environ 45 min.
  • A la sortie du four saupoudrer le dessus de la tourte de suce glace.
  • Laisser bien refroidir avant de servir. L’idéal étant de la faire la veille.

http://grignot-nat.over-blog.com/article-tourte-sucree-aux-blettes-38993385.html

Les Côtes de bettes

CULTURES LOCALES en Suisse vous dit tout sur les côtes de bettes…

http://www.cultureslocales.ch/

2 légumes en 1, la feuille (partie verte) que l’on peut cuisiner comme l’épinard et la carde (la tige) dont le goût rappelle la betterave. Ce sont de proches parentes de la bette à tondre et de la betterave, les trois variétés étant issues de la même plante sauvage. Les cardes peuvent être de différentes couleurs, blanches, mais aussi jaunes, oranges ou rouges.

Les côtes de bette se consomment le plus souvent cuites, que ce soit sautées à la poêle avec de l’ail et de la sauce soja, dans un plat de légumes, en gratin, dans une tarte ou encore, pourquoi pas, en lamelles dans une soupe miso. Mais on peut aussi les déguster crues, finement émincées pour agrémenter une salade par exemple. Ou encore pressées dans un jus de légumes. Quel que soit votre choix, vous allez vous régaler !

Tarte aux côtes de bette :

pour un moule de 24 cm de diamètre

  • 250g de pâte sablée
  • 500g de côtes de bette
  • 4 œufs
  • 50g de parmesan finement et fraîchement râpé
  • 1 piment oiseau séché
  • 1 gousse d’ail
  • 2 càs d’huile d’olive
  • sel et poivre

Préchauffer le four à 225°C (thermostat 7)

Laver les côtes de bette, séparer les feuilles et les cardes, puis ciseler finement le tout. Peler et hacher la gousse d’ail.
Faire chauffer l’huile dans une poêle et y ajouter l’ail et le piment en l’émiettant entre les doigts.
Lorsque l’ail et blond, ajouter les cardes et bien mélanger. Après 2 minutes, ajouter les feuilles et laisser cuire jusqu’à ce que les légumes ne rendent plus d’eau.

Casser les œufs dans un bol et les battre à la fourchette en y ajoutant sel, poivre et fromage. Verser ce mélange dans la poêle et laisser épaissir en remuant pendant 1 minute. Retirer du feu.

Étaler la pâte sablée dans le moule et y verser la garniture. Enfourner le tout et laisser cuire 15-20 minutes, jusqu’à ce que la tarte soit dorée. Laisser reposer 5 minutes avant de démouler. Servir tiède ou froid.

Côtes de bette ‘’ en deux cuissons ‘’ :

Pour 4 à 6 personnes

  • 1,5kg de côtes de bette
  • 2 gousses d’ail, nouveau ou pas, coupées en deux
  • 1 brin de thym
  • 1 brin de romarin
  • 2 càs d’huile d’olive
  • 100g de parmesan
  • 50g de chapelure
  • 25g de beurre
  • sel et poivre

Laver les côtes de bettes et séparer les feuilles des cardes.

Préparer le vert :

Préchauffer le four à 200°C (thermostat 6).
Mettre les feuilles dans une cocotte sans les égoutter complètement. Couvrir et mettre sur feu vif 2 minutes, puis égoutter.
Mélanger le parmesan et la chapelure, saler et poivrer. Beurrer un plat à gratin et y étaler une couche de feuilles. Parsemer du mélanger parmesan-chapelure et continuer ainsi, en terminant par une couche parmesan-chapleure. Parsemer le reste de beurre en noisettes sur le dessus et mettre au four environ 20 minutes.

Préparer les cardes :

Couper les cardes en lamelles dans le sens de la longueur pour obtenir des bâtonnets. Les rincer sans les égoutter complètement.
Dans un poêle, faire chauffer l’huile, puis ajouter les demi-gousses d’ail, le thym et le romarin. Lorsque l’ail blondit, ajouter les cardes, mélanger et laisser cuire à feu doux et à couvert pendant environ 15 minutes. Lorsqu’on retire le couvercle, les cardes ont légèrement blondi et toute l’eau s’est évaporée.

Poivrer et servir chaud, le gratin de feuilles et les cardes sautées, pour accompagner une viande, des pommes de terre au four ou encore une escalope végétarienne… selon les goûts !

Le pâtisson

Pâtisson, artichaut de Jérusalem, artichaut d’Espagne

Cucurbita pepo L. (famille des Cucurbitacées)

patissonDSC01097

Le pâtisson tire son nom d’un mot provençal désignant un gâteau sorti d’un moule à festons. Le pâtisson est originaire d’Amérique Centrale. Il est depuis cultivé comme légume. Il fait partie des légumes oubliés. Il se cuit à l’eau bouillante pendant quinze minutes et a un goût qui se rapproche de celui de l’artichaut.

Recette du pâtisson en salade :

  • Préparation : 30 mn
  • Cuisson : 15 mn

Ingrédients (pour 2 personnes) :

  • un pâtisson
  • deux belles tomates
  • huile d’olive
  • aromates
  • feta ou mozzarella

Préparation :

  • Oter la queue et la trace du pédoncule du pâtisson après l’avoir passé à l’eau.
  • Faire cuire à la vapeur 15 mn pour un légume moyen. N’hésitez pas à réduire le temps de cuisson si votre pâtisson est assez petit : il doit rester très ferme.
  • Une fois refroidi, ôter le cœur, couper la chair en morceaux. Ajouter les tomates coupées en dés, puis le fromage (feta ou mozzarella selon votre préférence).
  • Arroser d’un filet d’huile d’olive, saler et parfumer d’une herbe aromatique (personnellement j’aime beaucoup avec de l’aneth).
  • Servir bien frais.

Astuce : si la peau est dure, faites cuire le pâtisson 10 minutes à la vapeur pour ramollir la peau. Il ne reste qu’à détacher la peau et récupérer la chair pour la cuisiner !

Le concombre

Originaire d’Asie, le concombre est un légume qui peut servir d’ingrédient dans diverses recettes cuites ou crues.

Appartenant à la famille des cucurbitacées, le concombre est une plante potagère rampante et grimpante donnant à maturité le concombre, un légume vert.

Il existe quatre variétés principales de concombre :

  • le concombre vert long maraîcher, apprécié pour son rendement et l’absence d’amertume à son goût
  • le concombre Tanja, apprécié pour sa digestibilité et sa grande taille pouvant atteindre 35 cm de longueur
  • le concombre Marketer, apprécié pour sa précocité et sa forme cylindrique
  • le concombre blanc hâtif, apprécié pour sa douceur et sa couleur blanche

Lien de 2 recettes intéressantes

Astuces : Il n’est pas indispensable de faire dégorger un concombre, notamment s’il est jeune, fraîchement cueilli et sans graines, ou bien s’il doit être cuit. Dans les autres cas, il est préférable de le faire, en sachant toutefois que cela risque de le ramollir.

Pour supprimer l’amertume d’un concombre, le faire dégorger pendant 15 minutes dans du lait sucré.

Conservation du persil

J’ai testé et c’est efficace 😉

Il est frais mon persil, il est frais !

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore le persil : sur les tomates, dans les salades, dans le potage, les légumes cuisinés… De plus il contient plein de vitamines A et C, ce qui ne gâte rien !

…Alors j’ai mis au point deux façons de le conserver pour pouvoir en profiter longtemps.

Frais :

Je détaille le persil en feuilles ou petits bouquets et l’enferme dans un bocal de verre bien fermé au frigo. Il se conserve ainsi 2 à 3 semaines sans aucun problème et ne perd pas son parfum. Il peut être utilisé frais dans les salades ou cuisiné.

Congelé :

Je détaille le persil de la même manière puis l’enferme dans un grand sac à congélation fermé par une pince spéciale sacs. Je peux ainsi rajouter du persil dans mon sac au fur et à mesure des récoltes ou en prélever la juste quantité nécessaire à ma cuisine. Je précise bien que le persil congelé ne peut plus être consommé sur les salades (car il est « cuit » par la congélation) mais cuit dans des préparations culinaires, la congélation lui conserve tout son goût.

Bon appétit ! »

Persil frit :

Choisir du persil frisé pour ce décor traditionnel de certaines présentations.

Ficeler un bouquet de persil lavé et bien essoré (il doit être sec), en laissant pendre un long bout de ficelle de ménage. Faire chauffer l’huile de friture et y tremper le bouquet en le tenant par la ficelle, pour éviter tout risque de brûlure. Dès que les feuilles de persil sont raidies, sortir le bouquet et le poser du papier absorbant. Couper les queues juste au-dessus de la ficelle.

Conservation du basilic

Voici deux propositions :

1. Laver et essorer parfaitement le bouquet de basilic. Le mixer avec de l’huile d’olive. Arrêter lorsque le basilic et l’huile forment une pâte. Remplir les petits cubes d’un moule à glaçons. Lorsque les cubes sont congelés, il suffit de les disposer dans un sac à congélation hermétique.

2. Faire comme un beurre d’escargot

Mixer avec le beurre et faire un rouleau. Le congeler dans un sac à congélation.

Sans décongeler, couper ensuite un morceau du rouleau.

C’est très bon dans les pâtes, la soupe et les fruits de mer !

Important : il ne faut pas l’introduire dans une préparation à cuire pour la parfumer : la chaleur lui fait perdre toute son essence aromatique.